Hygiène naturelle infantile : une puériculture différente

Hygiène naturelle infantile

Comme pour l’allaitement long ou l’emploi d’un porte-bébé, l’hygiène naturelle infantile s’adresse aux mamans souhaitant découvrir des méthodes alternatives pour le soin de bébés.

Dans la lignée du maternage singulier, cette technique est très employée au coeur des pays en développement lent qui abritent des familles dans le besoin, incapables d’investir dans des couches régulièrement. 

Hygiène naturelle infantile : grandir autrement grâce à la durée de l’allaitement et la propreté alternative

Le portage est directement lié à l’hygiène infantile pour la simple raison que collée au nourrisson en peau à peau, la mère sent les mouvements des intestins de son enfant. Grâce à cette technique pour bébé, la propreté est apprise à l’extérieur, au pot ou dans les toilettes mais n’emploie pas de couches. 

Porter les bébés et ressentir leur processus fécal nécessite de choisir judicieusement son écharpe de portage, sa ceinture de portage et autres accessoires pour garder un lien mère-enfant hors du commun. Les nourrissons bénéficiant de ce maternage-ci bénéficient également en général d’une tétée et d’un allaitement maternel plus long que la normale. La production de lait stimulée constamment au fur-et-à-mesure du développement de l’enfant implique de veiller aux conséquences de la succion massive et régulière du mamelon. 

Il est conseillé par la sage-femme de procéder à un sevrage concret pour élever son enfant sans entretenir un lien maternel d’exclusivité qui ne lui serait pas bénéfique à long terme. La diversification des moyens de maternage proximal pour allaiter, pour gérer caca et urine notamment en cas de coliques, est donc conseillée.

Le lien avec votre bébé est unique, il peut inclure le biberon pour laisser la place à papa ou à maman n°2 dans le soin de l’enfant. De la même façon, adopter un réflexe en cas de pleurs mais aussi connaître les réflexes d’éjection de leur enfant est important. Les premiers jours se résument aux tétées grâce à la lactation destinée au tout-petit sans hésiter à lui proposer le sein régulièrement, et également à l’éjection des selles et du pipi sans souiller les linges. Veiller à donner le sein après l’accouchement est important pour une union corporelle indéniable. Faire attention au soin de ses fesses est aussi une priorité, cela constitue une des raisons d’opter pour les couches lavables : elles sont plus douces et adaptées aux bébés et à leurs besoins. 

Hygiène naturelle infantile : allaité au sein ou non, équipé de couche ou non, un choix personnel

Dans les premiers mois, le fait d’apprendre à se connaître n’est pas toujours accompagné d’un apprentissage de la propreté. Découvrir le besoin physiologique du bébé allaité, surveiller sa prise de poids et la constance de son pipi-caca est à cette période votre priorité. Se munir d’accessoires à langer non jetables et plutôt lavables et réutilisables sera intéressant pour varier avec la méthode d’hygiène naturelle de l’enfant. De la même façon consulter un pédiatre ou une consultante en lactation vous permet à ce moment-là de travailler une diversification alimentaire pour passer du lait maternel à des aliments mixés au fur et à mesure. 

Le choix de stimuler sa montée de lait ou d’opter pour le lait artificiel est liée à l’hygiène infantile naturelle. C’est suite à son alimentation que le bébé allaité manifeste constipation, colique ou selle on ne peut plus convenable. L’intuition née lors du portage de l’enfant au sein ou sur le dos permet d’anticiper le réflexe de déjection et d’adapter les langes ou de mettre à sa disposition une bassine adéquate. Gérer les excréments peut aider à calmer le nouveau-né, à l’aide de culottes, de lingettes, de linge lavable, en conservant sa motricité au rythme de ses sphincters. Cependant la science de certifie pas qu’il est plus propre et prématuré

Cette pédiatrie alternative donne de l’importance à la digestion, à la sécrétion et aux apports nutritionnels du bébé allaité. Généralement « cul nu », le bout de chou bénéficie de zones spécifiques où il fait ses besoins au bon-vouloir. Culotte de protection ou non, nourris avec un aliment mixé ou aux mamelons grâce à la quantité de lait de la maman allaitante, tout ce lien exclusif s’établit selon vos envies. Certains parents font le choix de donner le sein et d’allaiter son enfant, comme des jeunes parents décident le contact de la peau pour éviter l’engorgement des couches jetables ou lavables, tout dépend des préférences.

S’adapter à son besoin d’éliminer les laits ingérés grâce au tire-lait ou directement en ayant voulu téter le sein en lui apportant ou non une continence c’est être à l’écoute de son enfant. Pour les pipis et les cacas qui peuvent contrarier le sommeil de bébé, le faire uriner et faire faire ses besoins dans un support jetable ou une couche lavable, pendant la tétée ou non, permet de l’apaiser et de ne pas perturber le rythme des tétées et le réflexe d’éjection.

Articles recommandés